No menu items!
AccueilQuestions / RéponsesEuthanasie, que disent les lois française et belge ?

Euthanasie, que disent les lois française et belge ?

Lorsqu’une personne est atteinte d’une maladie grave et incurable et lorsque cette maladie est à l’origine de souffrances extrêmes, cette personne peut vouloir accélérer son décès et avoir recours à l’euthanasie. L’euthanasie active ou suicide assisté est le fait d’aider activement une personne en grande souffrance à mourir, par l’injection de substances mortelles. L’euthanasie passive est le fait d’arrêter toute alimentation, hydratation artificielle du malade s’il est inconscient, d’arrêter la respiration artificielle si la personne respire grâce à un respirateur. Toutes ces pratiques sont interdites et condamnées par la loi française alors qu’elles sont plus ou moins autorisées et réglementées dans d’autres pays.

Euthanasie en France, que dit la loi?

En France, la loi interdit et punit tous les actes d’euthanasie ou de suicide médicalement assisté et considèrent ces actes comme des crimes graves passibles de peines de prison. Pour réglementer cette phase de la vie, le parlement a adopté en janvier 2016 la loi Claeys-Leonetti sur la fin de vie . Cette loi prévoit des dispositions pour faciliter la fin de vie des personnes atteintes d’affections graves et incurables et dont le pronostic vital est engagé sur le court terme.
Cette loi autorise une sédation profonde, c’est-à-dire, l’administration de sédatifs qui plongent le malade dans un profond sommeil pour lui éviter de souffrir et de passer directement de cet état de sommeil à celui de mort. La loi prévoit aussi l’arrêt de tout traitement médical mais aussi l’alimentation et l’hydratation artificielles, car considérés comme des traitements et non des soins. L’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation ne sera toutefois pas systématique, la décision sera prise en fonction de la volonté du malade qu’il aura exprimée avant sa perte de conscience.

L’euthanasie en Belgique, légale même pour les enfants

La Belgique a été l’un des premiers pays à légaliser et à encadrer l’euthanasie. La loi relative au suicide médicalement assisté a été adoptée en 2002, elle autorise les médecins à provoquer la mort des personnes atteintes d’affections graves et incurables et qui sont à l’origine de souffrances physiques et psychiques constantes et insupportables.
Cette pratique est de plus en plus répandue en Belgique, on y enregistre en moyenne cinq déclarations d’euthanasie par jour. Ces actes concernent dans la plupart des cas des personnes atteintes de cancers graves à des stades terminaux ou des personnes atteintes de handicaps moteurs lourds.
En 2014, la Belgique a voté une loi qui étend le droit à l’euthanasie aux enfants sans seuil d’âge minimum. C’est dans le cadre de cette loi qu’un enfant de 12 ans souffrant d’une maladie incurable en phase terminale a été euthanasié en Belgique, début septembre.

D'autres questions