Paracétamol, une molécule que l’on pense sans danger


Greenjee.fr » Santé » Paracétamol, une molécule que l’on pense sans danger

Le paracétamol est une molécule médicamenteuse que l’on utilise depuis très longtemps, et qui permet de soigner les douleurs. Cet antalgique a souvent été considéré comme étant plutôt inoffensif, et preuve en est, lorsque l’on jette un oeil au mode d’emploi, on constate assez vite qu’il n’y a pas beaucoup d’effets secondaires, contrairement à d’autres molécules comme les anti-inflammatoires par exemple, dont les désagréments sont plus nombreux.
Cependant, ibuprofène et paracétamol ont un point commun, en matière de surdosage… et il est même probable que ce dernier soit encore un peu plus dangereux, si vous ne respectez pas les doses prescrites. Pourtant, on s’imagine souvent que le fait de dépasser un peu sera sans effet sur le corps, on se trompe la plupart du temps.

Que se passe-t-il en cas de surdosage de paracétamol ?

On conseille en général de ne pas dépasser 4g de paracétamol par jour, ce qui fait 4 comprimés à 1000 mg, et il est fortement conseillé de ne surtout pas aller plus loin que cette posologie.
Le surdosage de paracétamol comporte véritablement des dangers, et il faut en prendre conscience. Le plus gros risque en cas de dose trop importante concerne l foie : il s’agit de la première cause de greffe de foie en France, pour hépatite aigüe grave. Ce n’est donc pas une donnée à prendre à la légère, puisque le risque est réel, et potentiellement, il est grave.

La conduite à tenir par rapport au paracétamol

Pour éviter la surdose, en matière de paracétamol, on va donc prendre uniquement 1g à la fois, toutes les 6 à 8h maximum, sans jamais dépasser 4 g, et maximum sur 7 jours d’affilée. Il faut savoir que quelques mg supplémentaires peuvent véritablement conduire à la surdose, ainsi la quantité prévue de 4 g doit être scrupuleusement respectée.
En cas de symptômes inquiétants après une prise importante de paracétamol, rendez-vous aux urgences, de manière à pouvoir traiter cette intoxication au plus vite, par le biais de méthodes telles que l’administration d’un antidote au paracétamol par exemple. En réagissant rapidement, on peut parfois réussir à éviter le pire pour les patients, et ainsi endiguer une éventuelle hépatite grave, en soignant la personne au plus vite.

Nos Catégories